Pages

Au fil des questions au programme d'histoire-géographie des classes de lycée. Des commentaires, exercices, rappels, ...

mardi 31 mai 2011

De Gaulle et les partis politiques (1)

L'opposition du général de Gaulle au "régime des partis", est connue. Les partis politiques sont des formations destinées à conquérir le pouvoir dont le général de Gaulle ne remet pas en cause l'existence. Ils participent naturellement au jeu politique dans les démocraties : 
"En démocratie, rien n'est plus naturel que l'existence des partis. Ils expriment nos oppositions réciproques", dit-il lors d'une conférence de presse (conférence du 24 avril 1947 qui suit le lancement du RPF).
D'ailleurs le texte de la constitution de 1958 sera le premier texte constitutionnel à reconnaître explicitement le rôle des partis, comblant ainsi un vide juridique. Mais, pour de Gaulle ( et c'est la pratique qu'il a cherché à imposer entre 1958 et 1969), le rôle qui leur est reconnu est clairement défini : le parti politique doit pouvoir jouer pleinement un rôle électoral (faire connaître les idées, les défendre par le biais des élections, disposer de représentants élus qui porteront - au sein de groupes parlementaires - les idées de la formation partisane...). Par contre, il ne doit avoir aucun rôle au niveau gouvernemental. Cela signifie que le gouvernement - qui dirige la politique du pays - ne doit pas dépendre d'une ou plusieurs formations partisanes, qui seraient à l'origine de la nomination de son chef, discuteraient sa composition, négocieraient leur soutien... En somme, ce que de Gaulle refuse, c'est ce qu'il appelle, sous l'appellation "régime des partis", la mainmise des organisations partisanes sur le gouvernement. 
"Varices", affiche de Sennep, 1946
Le dessin de Jean Sennep intitulé "Varices" livre un regard amusé sur la situation délicate du grand Charles, chef de gouvernement du GRPF, confronté à l'automne 1945 à une Assemblée Nationale dans laquelle les partis ont repris toute leur place. Trois partis - représentés ici comme des varices (ou des sangsues!) qui courent le long du mollet de de Gaulle - dominent l'assemblée constituante élue lors de ces premières élections d'après-guerre : le PC (parti communiste français, né en 1920, alors auréolé de son image de "parti des fusillés"); la SFIO (Section française de l'internationale ouvrière, née en 1905) ; le MRP enfin (Mouvement républicain populaire), jeune formation issue de la Résistance portant un courant démocrate-chrétien. 
Le dessin dit la gêne occasionnée à de Gaulle par le retour en force des partis. C'est d'ailleurs un de Gaulle débarrassé des habits du Général qui affronte - en civil - les désagréments politiques... La disproportion entre de Gaulle - filiforme et immense - et les partis - vers de terre capricieux - signale le parti-pris du caricaturiste : dessinateur de droite sous la 3e République, Sennep s'est  rallié en 1941 à la France Libre et il est un partisan indéfectible du Général. 
Pour en savoir plus sur le caricaturiste Sennep, voir le site suivant qui présente les dessins de ce caricaturiste célèbre sous la 3e puis sous la 4e république. 
De cet affrontement, de Gaulle sort perdant. Il ne parvient en effet pas à imposer sa conception d'un gouvernement " qui gouverne" à des partis politiques qui conçoivent le gouvernement comme une fédération de représentants des partis... De Gaulle fait donc le choix de la démission le 20 janvier 1946:
"Le 19 janvier, je fis convoquer les ministres pour le lendemain, rue Saint-Dominique. A l'exception d'Auriol et de Bidault, qui se trouvaient alors à Londres, et de Soustelle, en tournée au Gabon, tous étaient réunis, le dimanche 20 au matin, dans la salle dite "des armures". J'entrai, serrai les mains, et, sans que personne ne s'assit, prononçai ces quelques paroles : "le régime exclusif des partis a reparu, je le réprouve. Mais, à moins d'établir une dictature dont je ne veux pas et qui, sans doute, tournerait mal, je n'ai pas les moyens d'empêcher cette expérience. Il me faut donc me retirer".
Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre, Le Salut, 1944-1946, Plon, 1959.  
Sources :
http://wodka.over-blog.com/article-2738784.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire